samedi 14 octobre 2017

Du totalitarisme chic

 Par Lucien SA Oulahbib
Quel est donc ce projet de société qui en réalité vide avec avidité ce que "nous" (pronom anti-Angot) sommes et vivons ? Quel est-il sinon ce totalitarisme rongeur et insidieux maquillé de moraline chic (quoique diablement libidineux aux dernières nouvelles malgré les millions jetés en pâture pour faire taire) minant peu à peu le mental l'empêchant de fonctionner en le sommant de s'empêcher de raisonner afin d'entrer dans les nouvelles cases imposées allant de la destruction de la langue à celle du genre en passant par celle de la culture et de la nation ce gros mot paysan à amincir ?
En l'entendant "ils"(genre neutre impersonnel) sortent leur mitraille : "extrême-droiteeeeuux"!!! "nazi"!!! etc… (réac…néo-libéral…)
Et si l'on s'y refuse, "ils" (genre neutre impersonnel) lancent leurs lassos lancés sur "nous" le vil bétail refusant d'être marqué à vif de leur sceau rougi (au feu et sang) :
par exemple le fait (commençons par le lourd) que les couples de femmes sans père doivent avoir des enfants (en attendant les couples d'hommes sans mère) du moins hors adoption impliquant ainsi d'empêcher l'enfant de vivre une altérité complète :  le "bio" en tant que "complet" n'est toléré par eux que sous forme de nourriture (pain complet, oeufs, poulets fermiers) et non en tant que Bios, Chair, ce

dimanche 8 octobre 2017

« Riche comme Crésus »


Par Lucien SA Oulahbib 
Crésus était-il "néo-libéral" ? On pourrait le croire à l'écoute de la sauce idéologique ambiante. Après tout, les Francs, et autres Vandales sont désormais perçus comme des "migrants" et chaque ouragan donne l'impression que le terme vient d'être inventé.
La richesse visée pour elle-même a toujours existé et Aristote la critiquait déjà avec le terme de "chrématistique". Certes l'idée de nouveauté se soutient malgré tout par le fait que la spéculation est devenue électronique et mondiale, mais à part cela, celle-ci, dans son tourbillon babylonien et son remugle balzacien, n'est non plus aucunement nouvelle.
Aussi en revient-on plutôt et encore une fois au problème des limites internes et externes à apporter au désir d'être débridé. D'autant que ce dernier transcende les structures sociales et leurs conflits multiformes et permanents comme il a été toujours vu dans l'Histoire. Et même les supposés tenants de la "table rase" ont tous échoué à le contrer. Ils ont seulement jeté le bébé avec l'eau du bain en détruisant également les freins ou contre-pouvoirs (syndicats  indépendants,

mardi 3 octobre 2017

Marseille, Las Vegas: le déni de réalité

Par Lucien SA Oulahbib
Les services de police français et américains "ne voient aucun lien" avec la revendication dudit " État islamique", pourtant jamais celui-ci n'a revendiqué d'attentat auquel il n'était pas impliqué, l'E.I indiquant pourtant que le tueur venait de se "convertir", ensuite il semble bien que concernant l'assassin de Marseille il a bien prononcé devant témoins le slogan djihadiste, ce qui implique qu'il est au moins connecté avec celui-ci.
Le déni de réalité se situe donc à trois niveaux :
- le fait qu'il y ait des armes en circulation aux USA n'a rien à voir, puisque le désir de tuer pour soumettre précède toute possession de celles-ci.
- le fait qu'un droit commun bascule djihadiste n'a rien d'original puisqu'il s'agit pour lui d'une sorte de rédemption, l'Europe a connu ce débat lors du quiétisme ce qui mettait en colère Pascal puisqu'il suffisait de faire pénitence pour être absous, aujourd'hui tuer au nom d'un dieu pour prétendre à son blanchissement peut être considéré comme étant de plus en plus similaire…
- le fait que les Autorités occidentales refusent de plus en plus de faire le lien avec l'islam dénote bien moins de leur totale méconnaissance des dizaines et dizaines de versets qui appellent à la destruction de celui qui refuse la "vraie foi", qu'il dévoile en réalité leur cynisme éhonté car ils savent bien que de gros intérêts sont en jeu et que dénoncer ces versets seraient se mettre à dos des bailleurs de fonds qui par exemple tiennent une grosse part de la dette française et américaine…
Il est ainsi préférable pour le cynisme froid des monstres étatiques de supporter

samedi 30 septembre 2017

Argot inclusif : vous faites c.h.i.e.r !!!

Par  Lucien SA Oulahbib
M.a.r.r.e de ces éternelles simagrées hypocrites en matière d'ISF ("à bas les yatchs et voitures de courses" serait de nouveau le rituel à la mode) CSG (au dessus de 1200 euros tu es "riche" p.a.p.a)PMA (droit à l'enfant mais effacé comme la théorie du genre) PSA (diesel), TGV (Siemens), EDF (nucléaire), toutes ces vieux sigles pompeux histoires séculaires de gros sous  mis à l'Index à la rentrée par des nantis de gaute et de droiche (toujours et plus que jamais au pouvoir) alors que la pompe à fric public en leur direction bat tous les records tant et si bien que les 5 euros d'APL font grise mine à côté des cumulards le coeur en bandoulière.
Et que je te p.o.m.p.e de la CSG parce que tu n'as pas le droit de te la couler douce à Marrakech ou à Porto si à 50 ans tu n'as pas eu ta légion d'honneur pour pompage, au nom des pauvres, au nom du fric public, surtout que les p'tits fours de la Mairie de Paris coûtent b.o.n.b.o.n, solidarité camarade, trois tours de "vélib" sur une voie express rive droite brisée abandonnée. et puis s'en vont à la casse qu'il faut casquer.
Ah! l'époque où l'on rentrait en taxi filant à minuit en bonne compagnie entre les flammes (é)mouvantes des réverbères et de leurs reflets peuplés d'histoires après un théâtre revigorant un peu plus haut place Wagram.
M.a.r.r.e que les mêmes sangsues parasitent P.a.n.a.m.e.
Marre qu'ils donnent toujours le là, plein le do (s), alors qu'ils ont tout faux

dimanche 24 septembre 2017

Le marché noir des idées attrape-tout

Par Lucien SA Oulahbib
Comment peut-on soutenir des factions, à gauche, n'ayant comme seule horizon au pis de nous faire revenir à 1793 au mieux de nous transformer en Venezuela version contemporaine ? Tandis que d'autres officines, à droite, rêvent au grand retour d'avant 1789 (qui a précisément amené à…1789) sans parler de toutes les autres écuries rouges/noires/brunes rêvant, elles, au Grand Soir sans autre forme de procès ?
Une analyse viable de ce qui permet actuellement la croissance de ces factions ne peut se satisfaire d'une découpe, intéressante cependant, façon Emmanuel Todd stipulant que la décomposition globale des sociétés issus de "la" mondialisation financiarisé articulée au vieillissement de la population rend bien plus difficile l'éclosion de révolutionnaires de plus de quarante ans, ce qui impliquerait qu'un tel phénomène ne puisse aller bien loin au-delà des esbroufes rhétoriques battant le pavé à défaut d'autre chose.
Sauf qu'en France autre chose se joue expliquant que ce soutien factieux peut tout de même déboucher sur quelque chose bégayant la Terreur, surtout si le bras armé provient de leurs enfants et petits-enfants désirant, eux, le déclassement (tel ces Bernanos, petits-fils, avides d'affrontements sans

jeudi 17 août 2017

L’hypocrisie de ladite lutte anti-raciste


Par Lucien SA Oulahbib
Nombre de clans tribus peuples ne veulent pas, plus, n'ont jamais voulu de métissage ni même de présence étrangère telles certaines tribus d'Amazonie, d'Afrique du Sud, le Japon refuse l'immigration, le FLN algérien a éradiqué officieusement tout non "arabe" sauf soumission à la loi basé sur le coran, l'Autorité palestinienne exige qu'aucun juif ne reste dans ledit futur État "palestinien", des groupes sunnites pakistanais exigent aucune présence chiite sur leur sol  etc etc…
Aucune critique pourtant venant de la gauche tiers-mondiste, pas une once. Mais un tombereau d'attaques s'abat sur les groupes de nationalistes de droite, ces temps-ci américains, lorsque ceux-ci réclament non pas la "suprématie" comme le KKK et les nazis mais veulent vivre séparément des gens de couleurs ou étrangers en constatant que le "multiculturalisme ne marche pas" (dixit aussi Merkel ou Cameron avant qu'ils ne mangent leur chapeau) ; une réponse également entendue ce matin (17 août) sur la BBC à une question posée par un vrai journaliste se demandant comment se fait-il qu'il y ait autant de jeunes parmi les défenseurs des statues du Général Lee, la question étant posée à un vrai spécialiste qui précisément relata son étude effectuée parmi eux :
ces jeunes blancs nationalistes, hors KKK et nazis s'entend, ne cherchent pas spécialement à s'imposer aux autres, à les éradiquer, ils veulent vivre entre-eux entre blancs, ethniquement parlant, mais sans exclure les autres minorités du moment qu'elles se sentent elles aussi françaises, au sein de la même culture en tout cas sans avoir sans cesse à justifier telle pratique. Tranquille. Ce que Cyrano rêve sur Riposte laïque par exemple…
Observons qu'il existe aussi une tendance plus endogène voire autarcique de l'entre-soi

lundi 14 août 2017

Charlottesville: l’intolérance de la gauchosphère américaine

Par Lucien SA Oulahbib
La gauche américaine est agaçante et pitoyable (ne parlons pas de son imitation européenne qui est bien pis encore) il est de plus en plus risible qu'elle veuille toujours donner le depuis les années 60 alors (que tous les groupes Rock qui ont compté sont anglais…) alors qu'elle s'est trompée à chaque fois sur le Vietnam, Cuba, aujourd'hui sur l'islam, hier sur le féminisme, l'homosexualité, et la nature de la démocratie occidentale bien plus proche de la dynamique des aléas de la Nature et de l'Histoire humaine qui ont vu depuis des lustres des espèces et des peuples (ré-)émerger lorsque d'autres disparaissent ou font tout pour…
Existe-t-il oui ou non tout d'abord un 1er Amendement qui permet la totale libre expression aux USA ? Voilà le premier point, juridique, politique, que l'on soit d'accord ou pas. La gauchosphère veut faire comme Maduro en réécrivant la Constitution américaine, en intimant Trump de dénoncer en fait ce 1er Amendement puisque les créatures gauchistes sont venus contre-manifester à Charlottesville jusqu'à vouloir empêcher la manifestation adverse qui cherchait surtout à défendre les statues du Général Lee menacées d'être détruites ou mises au musée puisque non conforme à l'Histoire que les gauchistes veulent