lundi 20 février 2017

Les médias sous penthotal

Par Lucien SA Oulahbib  

Les historiens du futur, on le pressent de plus en plus maintenant, s'étonneront qu'au début du XXIème siècle (de l'ère chrétienne) des narratifs occidentaux nieront jusqu'au bout de leur propre effondrement leur volonté d'effacer la réalité réelle. Ils diront que d'aucuns avaient essayé par exemple d'analyser la montée des mécontentements aux Pays Bas, aux USA, en France, en Hongrie, Pologne, Royaume Uni, comme étant la pauvre réaction de déclassés réacs refusant l'évidence d'une mondialisation obligatoirement heureuse donc sans histoire au sens littéral : les peuples sont lobotomisés (enculés) en douceur sous anesthésie médiatique made in penthotal idéologique mâtiné d'anti-racisme absolu et de vivre ensemble transgenre du type en plus no borders obligatoire.
Que veut dire sinon "être citoyen" ? Faut-il jeter au feu des autodafés implicites cartes d'identité et de sécurité sociale puisque le monde entier est sommé de s'en emparer au-delà du temps et de l'espace paramètres réactionnaires eux aussi ?
Lorsque l'on entend les commentaires des médias officiels s'offusquant de la

Le guide de coaching mystique

Écrit par Madeleine de JESSEY

Emmanuel Macron ou le guide de coaching mystique
Qu'Emmanuel Macron soit doté d'une intelligence toute particulière, nul ne le contredira, pas plus qu'on ne saurait contester son impressionnante détermination. Et quelles plus belles qualités que celles-là, lorsqu'on aspire à prendre les rênes du pays ? Emmanuel Macron semble tout désigné pour devenir cet homme providentiel que les Français appellent de leurs vœux : "c'était écrit là-haut", il en est convaincu, et ses mises en scène christiques témoignent du messianisme de sa candidature, dont la plupart des journalistes se font aujourd'hui les plus fidèles apôtres, évangélisant les foules à l'aide d'articles hagiographiques, quand ils n'excommunient pas l'ennemi de leur prophète à coup d'anathèmes savamment distribués. Le ciel pour l'un, la fange pour l'autre. "La politique, c'est mystique" : pas de pitié pour les infidèles. Et tant pis pour l'objectivité journalistique.
Et pourtant, cette intelligence et cette détermination, que valent-elles, si elles ne sont mises au service de la France ? Rien : elles en deviennent même d'autant plus dangereuses. Or il est à craindre que l'amour du pays soit largement supplanté, chez Emmanuel Macron, par l'amour de soi, ce qui expliquerait entre autres pourquoi son image glorieuse lui tient aujourd'hui lieu de projet pour la France, sans que la corporation médiatique ne s'en émeuve outre mesure : "C'est une erreur de penser que le programme est le cœur d'une campagne", confiait-il hier avec aplomb à un JDD manifestement conquis. Emmanuel Macron entend d'abord "construire une sacralité", instaurer un "pouvoir charismatique" : "C'est un mélange de choses sensibles et de choses intellectuelles. J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans l'immanence complète de la matérialité. Je ne crois pas à la transcendance éthérée. Il faut tresser les deux, l'intelligence et la spiritualité. Sinon l'intelligence est toujours malheureuse"
Voilà donc le projet d'Emmanuel Macron pour la France : un guide de coaching mystique au bien-être,

dimanche 29 janvier 2017

Au coeur de la tempête nihiliste

Par Lucien SA Oulahbib 

Les illusionnistes sans limites élargissant encore plus (toujours plus) loin les frontières de la préposition "sans" s'étranglent à l'idée que de plus en plus de gens au sein des peuples atteints par leur implosion se rebiffent. Ils en viennent à relire à la hâte 1984 parce qu'une porte parole de Trump a parlé de "fait alternatif" lorsque ce dernier a contesté l'idée qu'il y avait bien moins de monde à son inauguration qu'à celle d'Obama,
  
ils continuent aussi à se croire dans les années 30 identifiant de plus en plus l'interdiction d'entrée de musulmans de pays en guerre aux USA à l'interdiction de la présence juive en Allemagne, ils contestent enfin violemment l'idée que certains avortements aient une origine plutôt économique et que leur extension substitutive à la contraception peut nuire à l'équilibre démographique des pays considérés en particulier blancs comme l'a noté récemment Marion Maréchal Le Pen en parlant de 47% d'avortements d'origine économique.
Quelle est la philosophie globale qui articule tous ces points ? Celle du nihilisme

lundi 23 janvier 2017

Trump, ses électeurs ne sont pas ce que l’on croit

Etonnant voire effarant de constater que la plupart des commentateurs (de par le monde!) en viennent d’une part à expliquer l’adhésion à Trump par le vote et soutien des « déclassés » et d’autre part à considérer que tôt ou tard les étrangers en général et les musulmans en particulier seront/sont les « juifs » stigmatisés puis éliminés par les nazis. Or, rien n’est plus faux que cette double affirmation. Concernant la première, Romain Huret observe (dans le Monde !) qu’il faut plutôt y voir l’alliance entre une « élite conservatrice et une Amérique pauvre et ouvrière » ; Etienne Girard (dans Marianne) avait également relativisé cette réduction aux déclassés  ; on peut ajouter que Trump récupère surtout le vaste mouvement transversal des Tea Party qui regroupent celles et ceux qui ne veulent pas une étatisation de leur vie à la manière européenne d’infantilisation et de bourrage de crâne. 

Ce qui amène au second point : le fait de refuser que certains musulmans prétendent parler au nom de tous les leurs pour réclamer des droits incompatibles avec la laïcité (comme le financement et le prêt de locaux) et avec l’égalité homme/femme comme le relate le nouveau livre de Georges Bensoussan, la France soumise (Albin Michel, préface d’Elisabeth Badinter) où est expliqué en long et en large que loin d’être traqués ces militants

dimanche 22 janvier 2017

Manifs anti-Trump:la soumission et le désir d’implosion en Occident

Par Lucien SA Oulahbib 

Comme le relate une internaute (Miss Dédain sur Facebook) toutes ces femmes et hommes qui paradent dans divers villes n'ont guère manifesté contre les coupeurs de tête de l'EI ou les viols de Cologne et d'ailleurs ; les destructions de chrétiens de par le monde (jusqu'en Inde désormais) ne les touchent guère ; et on le voit elles tournent à la façon de ceux qui s'en donnent le tournis autour de leur propre pierre noire (qui existait bien avant l'arrivée de qui on sait) celle de leur vide abyssal en plein vertige d'auto-implosion tant elles militent pour leur asservissement, tournant et tournant encore jusqu'à ce que le boucher n'ait plus besoin de les étourdir puisqu'elles le font d'elles-mêmes et en ce sens elles seront "al dente" quand le temps arrivera. 
Comment ne se voient-elles pas manipulées ? Y compris en matière d'avortement ? Le fait seul d'indiquer que d'autres solutions peuvent être possibles parce qu'il en va de la survie de l'homogénéité ethnique au sens même de la biodiversité qui tente de sauvegarder des espèces en l'occurrence ici aux USA l'espèce autochtone qu'elle soit amérindienne blanche noire…

vendredi 20 janvier 2017

Trump: une croisade sans ingérence

Ce qu’annonce sa nouvelle administration

Publié le 20 janvier 2017 / Monde
Donald Trump et son vice-président Mike Pence rendent hommage aux morts pour l'Amérique, Arlington, 19 janvier 2017. SIPA. AP22001665_000041
L’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche a provoqué la stupéfaction dans le monde entier. Comment celui que tous les médias nous ont présenté comme un aventurier semi-débile a-t-il pu battre Sainte Hillary Clinton ? Le traumatisme a obscurci les esprits et il était très difficile, sans un travail assez fastidieux de recherche, de savoir ce qui nous attendait avec l’arrivée au pouvoir de cet homme politique atypique et des équipes qui l’entourent depuis déjà un bon moment. Pour appréhender les enjeux de cette élection, il faut faire l’effort d’échapper aux considérations morales et à l’impasse cognitive dans laquelle nous plongent des médias inconsolables du départ de Barack Obama.

Dissidents “made in” Goldman Sachs

Dans l’histoire récente des Etats-Unis, la conquête du pouvoir par les Républicains

mardi 17 janvier 2017

Trump et Tweet:pourquoi la Secte en a horreur

Par Lucien SA Oulahbib 

"Est souverain celui qui décide de la situation exceptionnelle" cette phrase célèbre est en fait l'adage sophistiqué d'une formule de puissance que l'on peut aisément couper en deux : "est souverain celui qui décide".  De quoi? Eh bien d'accoler un jugement définissant qualifiant quelqu'un quelque chose une situation : "L'Otan est obsolète" par exemple, "Le Brexit est une bonne chose " ;  la France aimerait récupérer sa souveraineté, l'UE a failli, l'ONU, l'UNESCO…
Le tweet permet admirablement d'émettre ce genre de jugement, pourquoi Trump s'en priverait ? C'est ce que ne comprennent pas les technocrates scientistes adeptes du rapport long démonstratif qui peut être utile en diplomatie, pour élaborer des lois, mais le Prince n'en a pas besoin lorsqu'il s'agit d'édicter le Principe qui va donner le cap.
Pourquoi en effet faire long lorsqu'il est possible d'être court, surtout lorsqu'il s'agit d'émettre une direction en tant que Chef d'État ? Mais les adeptes du refus de trancher, ceux de la paralysie langue de bois ceux qui encore préfèrent envoyer des psychologues (et pourquoi pas Huppert et Iacub) plutôt que la police dans ce quartier de Juvisy sur Orge venant d'être vandalisé ne peuvent pas comprendre que décider est un art de précision.